×
LOGINJOIN



   News    TV    Movies    Books    Music    Games    Stars    Store    Forums
NEWS    TV    MOVIES    BOOKS    MUSIC    GAMES    STARS    STORE    FORUMS
   
LOGINJOIN

 The X-Files       Episodes       News       Cast & Crew       Forums       Fanfics       Games      Music      Photos
   
 64
  85
Acceptation (French)
 (0)


 Written by
danascully09

 Rating
Rated G

 Published on
2018-08-16

 Summary
Suite imaginaire de l'épisode



 Reviews
 Add my review

No reviews yet.


Acceptation (French)
By danascully09



- Non!!!!!!!!!!!!! C'est pas possible!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Scully reste quelques minutes le regard vers le ciel, espérant intimement vivre son ultime cauchemar. Mais il n'en était rien. Jeremiah venait d'être enlevé. Il lui sera impossible de l'aider, d'aider Mulder. Tout cela est tellement injuste. Mulder... La vision de cet homme mort sur le sol, ce corps noircit par la poussière, ce corps déjà rigide... Etait-ce possible que ce soit Mulder?
Doggett, Reyes et Skinner venaient de pénétrer dans la petite pièce où Scully était agenouillée. Ils ne savaient pas vraiment comment l'aider dans une telle situation, ni même comment lui parler. Elle était déjà si fragile depuis la disparition de Mulder. Sa grossesse n'arrangeait pas les choses. Scully oscillait depuis quelques temps entre des états de vulnérabilité et de mélancolie extrême et des moments où elle essayait de se montrer forte et où elle semblait rester insensible à tout ce qui la touchait. Elle voulait dans tous les cas rester professionnelle aux yeux de ses collègues et de sa hiérarchie.
Malgré tous ses efforts pour camoufler sa détresse, son entourage n'était pas dupe. Aussi, la soutenir dans cette épreuve était une priorité. Monica Reyes fut la première à intervenir. Elle fit quelques pas pour rejoindre sa collègue et s'accroupit auprès d'elle. Elle eut du mal à contempler le visage emplit de douleur qui se dessinait devant elle. Elle comprenait le désarroi de Scully et était vraiment bouleversée. Mais rester stoïque était primordial dans une telle situation.
- Dana?
Scully ferma les yeux qui commençait à lui bruler, et baissa la tête vers le sol. Quelques secondes plus tard elle se tourna vers Monica. Toujours les yeux fermés, sa tête vint se poser sur l'épaule réconfortante de sa collègue. Et même si Monica ne connaissait pas encore très bien la jeune femme, elle sentit un élan de tendresse l'envahir et enserra Scully sous les regards compréhensifs de Skinner et Doggett qui se tenaient en retrait.
Skinner intervint:
- Dana, il faut y aller maintenant.
- Je ne sais pas si je pourrais.
L'agent Doggett se rapprocha
- Vous êtes encore sous le choc, nous allons trouver un motel. Vous allez boire quelque chose de chaud et dormir un peu...
Dana ne put se retenir d'hausser le ton
- Je vous ai dit que je ne savais pas si j'en étais capable!!! Laissez-moi donc ici!!!
Monica prit une voix douce pour lui exposer son point de vue.
- L'agent Doggett a raison Dana. Vous ne devez pas rester ici. De plus, nos équipes vont étudier les lieux, il faut les laisser faire leur travail. Venez.
Elle était déjà en train d'aider Scully à se relever. Elle se laissa faire tout en laissant ses larmes couler sans arrêt sur ses joues pâles. Elle tendit sa main vers Skinner, signifiant ainsi le besoin d'être soutenue physiquement. Tous les 4 quittèrent la pièce pour se diriger vers la voiture garée à l'extérieur. Skinner se dit qu'il aurait peut-être mieux valu attendre dans la maison encore quelques secondes quand les 4 agents croisèrent un groupe de policiers qui ramenaient le corps de Mulder, qui se dessinait sous la toile de plastique protectrice qui l'enfermait. Scully ne put donc s'empêcher de laisser traîner son regard abattu vers la civière. Elle sentit la main de Skinner se resserrer et emprisonner volontairement la sienne. Sans doute pour l'empêcher de se rapprocher du corps. Elle pensa que c'était du devoir de son supérieur de veiller sur elle en cet instant. Elle lui en serait certainement reconnaissante plus tard. De toute façon, elle se sentait incapable de revoir le visage meurtri de Mulder. Cette pensée l'emplit soudain d'effroi. Quelles seraient les conséquences sur le petit être qu'elle portait? Aurait-il le souvenir de cette vision lui aussi? Ressentirait-il le bouleversement de sa mère? Surement... Elle l'avait oublié depuis quelques minutes mais elle n'avait plus le droit de ne penser qu'à elle. Elle, c'était "eux" à présent. Elle portait un enfant. Et même s'il lui avait été difficile de réaliser qu'elle était enceinte, c'était bel et bien une vérité. C'était aussi vrai que la personne chère qui était dans ce sac à cadavre était son plus grand ami. Cet ami qui n'était même pas au courant de sa grossesse, mais celui qui aurait sans doute pu lui apprendre par quel miracle elle s'était retrouvée enceinte. Il lui avait caché tant de choses afin de la protéger. Peut-être emporte t-il des réponses à ses multiples questions. Comment savoir?
La chambre était bien agencée et agréable. La petite fenêtre donnait sur le désert. Dana se tenait debout contre le carreau en pensant à la triste similitude entre ce paysage et ce qui était à présent sa vie. Toujours la même question dans sa tête... "qu'est-ce que j'ai fait?". C'était en effet une interrogation légitime. Tout lui avait été pris. D'abord son père, son plus grand admirateur. La vie ne lui aura pas laissé le temps d'exprimer toute sa fierté envers sa fille, elle qui en aurait eu tant besoin à ses débuts en tant qu'enquêtrice... Et encore maintenant d'ailleurs. Sa soeur ensuite, une partie d'elle même en quelque sorte tellement elle en était proche. Et même si elles avaient deux façons bien distinctes de voir les choses, jamais elle ne retrouvera une telle relation d'amour. Bien sur qu'elle aimait sa soeur. Elle ne lui avait jamais dit mais est-ce besoin de dire à une soeur qu'elle fait partie de soi?
Elle eut la subite envie d'appeler sa mère. Sa confidente de tous les instants. Se blottir dans ses bras la rendait si sereine et lui redonnait des forces. Mais elle se dit qu'il faudrait lui annoncer la nouvelle. Elle n'eut pas la force d'aller plus loin. Elle était incapable de prononcer les mots "mort" et "Mulder" dans la même phrase. Plus tard...Plus tard.
Une nausée. C'était bien cette désagréable sensation qui la pressa vers la salle de bain. Elle se dit que vomir ne pourrait que la soulager. Mais il ne sortit rien ce matin là. Pas plus que pendant la nuit qui venait de s'écouler. Et ce n'était pourtant pas l'envie de vomir qui lui avait manqué depuis la veille. Elle se sentit stupide, à genou au bord de la cuvette. Elle n'avait rien avalé depuis 24 heures, comment aurait-il pu sortir quelque chose de son estomac à jeûn? Elle se dirigea vers le lavabo afin de se servir un verre d'eau fraiche qu'elle descendit d'une traite.
Elle regagna son lit d'un pas mal assuré, la main sur ce début de ventre qui se formait. Ca aussi ça l'inquiétait. Personne à part Skinner ne connaissait l'existence de son enfant. Et son ventre allait la trahir inévitablement. Elle se dit qu'elle verrait comment réagir avec le temps. Elle allait en avoir du temps. Pour réfléchir et pour se lamenter. Mais surtout pour réfléchir. Car elle était trop forte pour se lamenter. Du moins elle essayait de s'en persuader. Elle était forte. Mulder lui-même lui avait dit. Mulder... Toujours lui. Elle se dit qu'elle ne pourrait jamais oublier cet homme. Ce personnage si peu connu de ses pairs, elle seule avait réussi à percer sa carapace, à partager tant de choses, à se lier d'une amitié sans borne avec cet être sans cesse incompris et mal considéré de tous. Il avait pourtant tant de qualités. Elle pensa qu'il avait lui aussi réussi à voir clair en elle, à la comprendre, ce qu'elle considérait comme un exploit tant elle se trouvait compliquée. C'est aussi la manière dont tout le monde l'avait toujours perçue. Froide, compliquée, presque insondable. Elle ne se livre pas facilement il est vrai, et elle ne donne pas sa confiance à n'importe qui. Elle se passionne essentiellement pour les relations intellectualisées où le dialogue tient une place d'honneur, et c'est bien ce qui l'avait poussé à se lier si étroitement avec Mulder. Il avait su lui transmettre son enthousiasme avec le temps. Il était intéressant, exceptionnel même pour l'avoir conquise avec des mots. Il était toujours derrière elle, comme un enfant... Touchant... Dans ses moindres attitudes. Elle s'y était tellement attachée à force de tout vivre avec lui. Le pire comme le meilleur. Quand il lui avait été possible de se faire inséminer et qu'il fallait un père, elle n'avait pas choisi Mulder parce que c'était le seul homme qui partageait sa vie, mais bel et bien pour son courage et la façon dont il l'a accompagné pendant sa maladie. Le cancer incurable qui a faillit l'emporter aura eu l'effet positif sur Scully de lui faire prendre conscience qu'elle ne faisait pas cavalier seul et qu'une épaule solide serait toujours là au moindre coup dur. C'était devenu une évidence pour elle, Mulder devait faire partie de sa vie dans le futur. Elle ne lui avait pas attribué de place attitrée, elle ne savait toujours pas comment qualifier leur relation et doutait d'en être capable un jour tellement elle idéalisait leurs rapports. Mais elle était au moins assurée d'une chose, elle avait plus que jamais besoin de lui, car il était une partie d'elle-même.
Une larme s'écoula de ses yeux prêts à déborder. Elle l'essuya rapidement tant elle ne se supportait pas dans cet état. Elle avait toujours eu honte de pleurer, même quand elle était seule. Et ça, personne n'avait réussi à le changer. Seulement à présent son état l'avait rendu tellement sensible qu'elle ne pouvait cacher ses émotions aisément. Elle ne supportait pas ça. Elle s'était allongée depuis de longues minutes, et s'endormit.
Elle se réveille en sursaut et enfile une veste sans trop savoir pourquoi et sort du motel en courant. Elle parcourt plusieurs centaines de mètres dans la nuit noire et fraiche, guidée par son instinct naturel. Elle s'approche du corps inanimé de Mulder, toujours dans la poussière de ce désert, sous cet arbre mort. Elle lui caresse le visage vigoureusement en espérant déceler un infime mouvement. Il ouvre les yeux.
- Oh mon dieu! il est vivant! je vous l'avais dit! une ambulance! vite!!!! mais pourquoi personne ne bouge??? j'ai dit que je voulais une ambulance!!!
Une dizaine d'agents ainsi que Skinner, Doggett et Reyes se tenaient en cercle autour du corps. Immobiles et silencieux, tels des spectres, inanimés.
- Mais réveillez-vous bon sang! cet homme va mourir sans secours médical! Je vous en prie, aidez-le!!!
- Scully........
Un murmure si réconfortant...
- Mulder! ne dis rien, je vais te sortir de là!
- Scully... Ecoute... Viens...
Scully se pencha vers la bouche de son partenaire afin de bien entendre ce qu'il souhaitait lui dire.
- Scully... Prends soin de toi... Et de lui... Tu comprendras, mais laisse moi partir, et patientes. Tu es dans mon esprit...
La main de Mulder était venue trouver le ventre de Scully dans un ultime effort. Puis elle tomba sur le sol en soulevant un petit nuage de poussière.
Scully ferma les yeux de Mulder d'une main tremblante et lui déposa un baiser sur le front. Elle allait poser sa tête sur son torse quand elle entendit un bruit derrière elle. Le bruit se fit de plus en plus fort.
- Agent Scully?
C'était Skinner qui tambourinait à la porte de sa chambre. Elle se leva et ouvrit.
- Désolée monsieur, mais je m'étais endormie.
- Vous avez une mine apaisée. Est-ce que vous vous sentez bien?
- Je ne pense pas me sentir bien mais je suis un peu plus reposée. Merci.
- Doggett et Reyes nous attendent. On repart pour Washington dans quelques minutes. Je peux vous aider à faire les bagages?
- Non merci, je n'ai rien défait. J'arrive dans quelques instants.
- Très bien, nous vous attendons en bas.
Scully ouvrit son sac de voyage et prit son portable. Elle composa un numéro rapidement et s'assit sur le bord du lit. Une voix de femme se fit entendre à l'autre bout du fil.
- Allo maman? C'est Dana... hum... J'ai quelque chose à te dire...
FIN

 About Us  Contact Us  Terms and Conditions  Privacy Policy
© 2018 tvore.com